De la divinité du Christ « utilisée » pour notre égo

chers amis et amies, frères et soeurs en Christ, aujourd’hui l’homme en mal de sa vraie nature restaurée en Christ, s’invente d’autres systèmes copiés à partir de sagesses anciennes, et souvent ces systèmes valorisent l’égo, ce qui est en contradiction avec un des thèmes par excellence dans la Tradition Orthodoxe, le renoncement à la volonté propre.  C’est le péché de vouloir prendre les énergies divines pour servir la gloire de l’homme, ou bien le péché de confondre entre les énergies créées et les énergies incréées.

ici, l’exemple est donné par la possibilité de tirer une « certaine sagesse »  à partir de la tradition hébraïque, la kabbale et l’Arbre des Séphiroths.

ouverture du thème par ce lien: Vous avez intitulé votre livre

mais voici ce que saint Irénée de Lyon face à un tel système:

SAINT IRENEE DE LYON -livre III

SAINT IRENEE DE LYON -livre V

après cela nous comprenons que « notre aide » est dans le Christ vrai Homme et vrai Dieu,et ce, dès notre création, et non dans l’approfondissement et l’accession à mes désirs, sous prétexte que mon « Je » est à l’image et à la ressemblance de Dieu. Le sens de ma vie spirituelle est dans ma « vie cachée en Christ », c’est à dire « l’amitié » du Christ qui m’accompagne et me transforme d’une manière cachée par rapport à l’égo de mon âme, qui elle, dans son ignorance ou ses illusions, se croit abandonnée. Saint Nicolas Cabasilas nous enseigne cette intimité, fondement dans notre création.

de Saint Nicolas Cabasilas (1322-1391):

« Les hommes fervents ordonnent leur vie à Dieu car Il est source de leur bonheur et les secourt dans leur conduite. Ils regardent Dieu comme l’unique objet de leur amour et L’aiment uniquement pour Lui-même.

Nous aimons notre âme parce qu’elle est ce qu’il y a de plus intime en nous. Souvenons-nous que notre âme appartient au Sauveur. Il nous est plus intime encore à nous-mêmes que ce qui nous est le plus intime. Ceux qui méditent ceci tout au long de leur vie le savent. À cause de Lui, notre âme et notre vie nous sont chères et précieuses. Qui n’est soucieux que de lui-même souffre toutes sortes de conflits, car en dehors de Dieu, il ne peut pas trouver de sérénité.

Notre amour serait imparfait si nous aimions quoi que ce soit en dehors de Lui. Partageant ainsi notre amour, nous irions à l’encontre de Sa loi, où il est dit : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton pouvoir (Dt 6, 5 ; Mc 12, 30). Oui, ceux qui vivent en Christ reportent tout leur amour sur Lui. Ils n’en gardent aucune part ni pour les autres ni pour eux-mêmes. Dans ce dessein, ils fuient loin d’eux-mêmes et de tous car partout, ce qui unit, c’est l’amour. Ainsi s’étant transportés d’eux-mêmes vers Dieu, ils vivent pour Dieu seul. C’est Lui qu’ils aiment. En Lui seul ils trouvent la joie véritable…

Ceux qui vivent pour eux-mêmes, tout en recevant quelque joie de vrais biens, se rendent incapables de récolter une joie sans mélange. Pendant qu’ils se réjouissent de ces biens, certains maux, visibles ou non, leur causent des ennuis. En revanche, ceux qui remettent à Dieu leur existence jouissent d’un plaisir absolu et fuient toute tristesse. Ils ont bien des sujets de se réjouir et rien ne les afflige, car rien n’est déplaisant auprès de Dieu, en qui ils vivent. Ils ne pensent même pas que, parmi les événements présents, certains pourraient leur causer de la douleur. L’amour parfait ne leur permet pas de rechercher leur propre intérêt (1 Co 13, 5). Au contraire, ils aiment, parce que Celui qu’ils chérissent est bienheureux et ils sont enflammés de cette passion qui surpasse la raison et la nature.

Ceux qui ne trouvent qu’en eux-mêmes leur joie, savent raisonnablement qu’elle les plonge dans l’arrogance. Ils se préoccupent tellement de leur propre personne, qu’une grande part de leur plaisir est détruite. Les saints, eux, ne sont pas inquiets, car ils ne concentrent pas leurs pensées sur eux. Ils placent leur puissance en Dieu. Leur gloire et leur joie sont en Lui ! Leur plaisir ne reste pas seulement humain, comme c’est le cas de la plupart des hommes : il est surnaturel et divin ! C’est un peu comme un homme qui échangerait une mauvaise maison contre une autre en bon état. D’avance, il éprouverait plus de plaisir pour la seconde que pour la première. Il en est de même quand on se défait pour gagner Dieu, non seulement de son corps et de sa maison, mais encore de soi-même, Dieu prend la place du corps, de l’âme, de la famille, des amis, de tout ce que l’on possède. De la sorte, la joie surpasse tout plaisir humain et nous recevons la joie propre à la béatitude divine et qui convient à une telle transformation.

C’est pour l’Homme Nouveau que la nature de l’homme a été constituée, par ce qui a été aux origines; et l’esprit et le désir ont été construits pour lui. Et nous avons reçu la pensée pour connaître le Christ, le désir pour courir vers Lui, et nous avons la mémoire pour le porter, puisque c’est LUI qui était l’Archétype pour ceux qu’il a créés. La création dès les origines de l’homme modelé pour LUI (le Christ) à l’image de Dieu, (a eu lieu) pour qu’il fut un jour capable de  contenir l’archétype (LE CHRIST); et la loi que Dieu lui a donné au paradis (est) pour LUI (le christ).   » saint Nicolas Cabasilas

que Dieu si patient nous vienne en aide. amen.

Category: Non classé |

no comments

Comments are closed.